Quelques astuces pour réparer votre chaudière

En hiver et en ces temps de fête, une panne de chaudière serait désagréable et même dangereuse. À côté, l’entretien annuel obligatoire ne garantit pas une utilisation pendant une année et des pannes surviennent toujours. Et appeler le service d’assistance, attendre les dépanneurs et rester au froid quand ce malheur arrive n’est pas toujours la meilleure des solutions. Il serait plus gratifiant de le faire soi-même. En plus, ce serait plus rapide. Alors à tous ceux qui veulent s’y mettre et en finir avec les longues heures d’attente des techniciens, ci-après trois astuces maison pour réparer la chaudière en cas d’urgence.

1. Vérifier l’alimentation électrique ou combustible

Si la chaudière possède une alimentation électrique, il se pourrait que le problème vienne d’une prise mal branchée, d’un fusible détérioré ou d’une panne de courant. Il faut simplement raccorder la prise à une source d’alimentation ou changer le fusible si le courant marche bien. Si la chaudière est à combustible, il faut contrôler l’état des vannes et vérifier s’il y a encore suffisamment de combustible ou que le réseau de gaz fonctionne. Aussi, s’il est nécessaire de changer des pièces, des vis par exemple, ou s’il faut des matériels d’outillage comme des adhésifs pour les vannes, appeler un professionnel est recommandé. Et sur www.diamwood.com, il y a de tout.

2. Réparer le circuit d’eau chaude

Si la panne vient du circuit d’eau chaude, il convient de vérifier la pression avec un manomètre, elle doit être à la moyenne. Après vérification, il faut remplir le circuit si la pression est trop basse. Mais si elle est trop haute, une aide extérieure est obligatoire car le risque d’explosion est réel. Il est donc conseillé d’appeler en urgence un dépanneur. S’il y a des dysfonctions au niveau de la pompe et que cela est dû à une corrosion, seuls des entretiens réguliers permettent d’éviter les pannes répétées. Chose pouvant se faire tout. Si la pompe est le principal souci, et il faut soit la changer soit la réparer.

3. Actionner le chauffage et la combustion

La vérification se fait à deux niveaux, sur le thermostat ou le circuit d’air, si le chauffage est trop lent. Une mauvaise combustion peut venir d’un circuit d’air bouché ou troué. Ainsi, il est nécessaire de vérifier l’arrivée d’air, c’est-à-dire la fixation ou la ventilation du tuyau. Il se peut également que la combustion soit incomplète ou que la fumée ne soit pas correctement évacuée. Dans ce dernier cas, les risques d’explosion et les menaces d’intoxication sont élevés donc il faut appeler un dépanneur. À son arrivée, il est possible de demander des conseils spécialisés pour réussir les tours de clé à l’avenir et pour éviter des pannes à répétition.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *